Seuls, parfaitement seul

 

Au fond ni ma mère ni ma soeur ne soupçonnent ou ne se soucient

Personne au fond ne se soucie spécifiquement d’un autre que Soi.

Avec l’âge se creuse la distance qui nous sépare, jusqu’à atteindre la solitude la plus complète.

Nous nous retrouvons alors dans le gouffre d’une foule innombrable, dans les méandres de la ville ;

Seuls, parfaitement seul.

réponses desactivées




Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus