La bonne voie

 

Approcher l’esthétique poétique est une souffrance. Le poème, sa plaie. Un aspirant à la poésie ne doit donc pas se faire d’illusions. Au mieux finira-t-il sa vie dans une institution. Plus vraisemblablement, il se suicidera.

Son entourage n’aura d’abord que mépris pour lui. Qu’il en profite ! Le mépris donne de la souffrance et dans la création, toute souffrance est bonne à prendre. Dans un second temps, ses proches se détourneront de lui. L’humanité entière l’ignorera.

Si c’est votre cas, ne cédez pas à l’appel d’une vocation nouvelle. Il est déjà trop tard ; personne ne vous embauchera. L’alcool sera votre allié. Consommez-en sans restriction ! Et si votre manque d’inspiration vous commande d’user d’autres substances, n’ayez aucun remords ! Comme je l’ai dit, il est déjà trop tard : il n’y a plus dans ce monde que vous et votre poème.

Sale, isolé de tous, vous aurez alors les clefs en main pour atteindre la poësie.

Ne vous découragez pas.

Vous êtes sur la bonne voie.

réponses desactivées




Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus